Zemmour l’indéfendable

Cornichon-Zemmour

Allons-y pour un sujet sensible. Le journaliste-écrivain Éric Zemmour fait, à nouveau, la une. Rien de bien surprenant, c’est régulier, Zemmour est un polémiste aguerri qui a la télévision dans la peau. Une vraie bête des médias. Certains l’aiment, d’autres le détestent et tout le monde a un avis. Champion de la droite de la droite, figure de proue d’un sexisme navrant, auteur à succès et incarnation des nouveaux réactionnaires. En bref, Zemmour est un personnage sulfureux et incontournable du paysage médiatique français. Ce qui rend quelqu’un comme Zemmour redoutable, c’est que nous avons affaire à un véritable intellectuel, cultivé et lettré. Sur un plateau télé, c’est un bretteur poids lourd, souvent souriant et capable de répondre du tac au tac. Alors, la première question que l’on pose en ce moment à quiconque veut bien répondre, c’est : partagez-vous ses idées ? La question est idiote. Un homme a trop d’idées pour qu’on puisse être entièrement en désaccord ou en accord avec lui.

On peut, en revanche, ne pas partager la vision du monde de quelqu’un. Et là, effectivement, pour ma part, je suis en désaccord avec lui. Je pourrais citer parmi bien d’autres points que j’exècre sa représentation de la femme et de la relation entre homme et femme, sa haine de l’Europe m’horripile, sa vision de l’Allemagne m’énerve, son idéologie me déplaît au plus haut point, et sa paranoïa me fatigue, la liste est trop longue pour ce genre d’article. Et je pense, personnellement qu’il s’enfonce dans un marasme étrange, pris au jeu de ses propres raisonnements dans un cercle clos. Un peu comme un boxeur qui, à force de prendre des coups sur la tête, ne fonctionne plus de manière tout à fait rationnelle. Les réflexes sont encore là, les années d’entraînement soutiennent l’ensemble de ses gestes, mais l’esprit n’y est plus et il finit par faire de grands moulinets en frappant comme un forcené dans le vide.

Pourtant, je regarde régulièrement l’émission « Ça se dispute » avec Nicolas Domenach, parce que Domenach est un adversaire de même calibre, les coups font mouche et le débat avance. Je partage ici pleinement la position de Cohn-Bendit. Zemmour est utile en ce sens qu’il est un révélateur décomplexé et qu’on peut donc l’affronter ouvertement sur le terrain des idées. Jean-Luc Mélanchon a raison de dire que « virer Zemmour n’est pas une décision utile à la lutte contre ses idées. » Je dirais même plus, c’est d’une stupidité et d’un aveuglement extraordinaires.

Premièrement, parce que l’on fait un cadeau magnifique au Front National. On leur donne la possibilité de hurler, de s’indigner et de récupérer le débat. On l’a déjà fait avec l’identité, la nation, le patriotisme, l’Islam et l’immigration. Par moment, je me pose sérieusement la question de savoir si ce n’est pas le but recherché.

Deuxièmement, parce qu’on conforte tous les paranoïaques complotistes dans leurs délires. Désormais, ils pourront vraiment se sentir poursuivis par une instance supérieure. Zemmour passe son temps à se victimiser alors, imaginez le pain béni que représente une telle censure.

Troisièmement, parce que l’interdire d’antenne est une forme inacceptable de censure en soi. Il faut lui rentrer dans le chou intellectuellement, l’attaquer sur ses idées, débattre avec lui, chercher la polémique, mais pas lui mettre un bâillon parce qu’on n’aime pas ce qu’il dit. Cela fait progresser que de se frotter à des gens qui ne partagent pas nos idées. C’est même le devoir de chaque démocrate, il faut débattre.

Zemmour est un représentant visible de tout un monde idéologique qui existe, et le nier est au mieux absurde, au pire dangereux. On ne peut combattre efficacement que ce que l’on connaît et on ne vend pas un livre à plus de 400 000 exemplaires pour rien. Alors oui, ses propos légitiment la haine. Je n’utiliserai pas les mots « stigmatiser » ou « phobie de quelque chose » parce qu’ils sont usés jusqu’à la corde à force d’être balancés à tort et à travers. Oui, Zemmour fait constamment de l’équilibrisme le long de la ligne rouge, l’a-t-il cette fois franchie ? Probablement, et chacun peut se faire un avis, mais force reste ici à la loi.

Le faire taire et de fait, le victimiser ? Cela risque surtout de provoquer le contraire de ce que ceux qui crient à la censure espèrent obtenir. C’est une publicité gratuite extraordinaire, pour lui, mais surtout pour ses idées. Lui qui prétend faire partie d’une majorité muselée et silencieuse en lutte contre ce qu’il nomme la « pensée unique » alors qu’il est visible sur tous les plateaux, c’est lui faire un cadeau que de démontrer in fine qu’il pourrait avoir raison. Il faut lui laisser le débat, mais ne pas lui donner pour autant de tribune. Je nuancerais d’ailleurs l’impact de cette décision d’I-Télé. I-Télé est une chaine privée qui appartient à Canal+. Zemmour critique volontiers Canal + et de ce fait que Canal + le mette à la porte ne me choquerait pas plus que cela. Si je crache à la figure de mon patron, je ne peux pas lui en vouloir de rompre le contrat de qui me lie à lui. Mais voilà, cela fait 10 ans qu’il crache et 10 ans que le patron profite de l’audimat. Ce n’est donc pas tant le fait qu’I-Télé lui dise de partir qui me gène, c’est le moment choisi pour le faire et surtout que ce ne soit pas du fait de son patron, mais de ses collègues qui pourtant devraient plus que quiconque être attachés à la liberté de la presse.

On ne peut pas défendre à corps et à cris la liberté d’expression et faire une exception dès que cela nous déplaît. La liberté d’expression n’a de limite que celle que lui impose la loi.

Dans une démocratie, cette liberté doit être aussi large que possible pour permettre l’expression de toutes les voix dans la population. Je partage tout à fait la position qui dit que le racisme est un crime et non une opinion et si la justice tranche en défaveur de Zemmour alors, il faudra le condamner, durement, mais pas de manière préventive. Ici aussi il serait temps de remettre le débat dans les rails de la réflexion constructive et non de l’indignation permanente et outrancière. L’Islam est une religion comme le christianisme et le judaïsme. Les chrétiens ne sont pas une race, pas plus que les hindous, les bouddhistes, les juifs ou les musulmans. Si Zemmour pense vraiment qu’il faut évacuer des citoyens de leur pays pour leur religion, ce n’est pas pour racisme qu’il faut le poursuivre, mais pour incitation à la haine et atteinte à la dignité humaine. Je pense d’ailleurs que l’on fait beaucoup de tort aux musulmans en voulant à tout prix, comme le font certaines associations, démontrer qu’ils sont une race et de plus, une race qui serait étrangère (?) par nature. Si je me convertis demain, passerais-je de la race des athées à celle des musulmans ? D’athée français deviendrais-je alors musulman étranger ? Ne naissons et ne demeurons-nous pas tous libres et égaux en droit ? Quand finirons-nous enfin par admettre qu’il n’y a que des dérivés d’homo-sapiens aux cultures et croyances différentes et non des races ? Il faut pouvoir critiquer toutes les religions. C’est un droit acquis au prix de nombreux sacrifices en Europe. Mais comme Zemmour oppose français à musulman, musulman devient ici par la comparaison, non pas une appartenance à une religion, mais bien à une nation ou plus exactement à un ensemble ne faisant pas partie de la nation française et donc, il s’agit effectivement de xénophobie.

Il serait néanmoins louable de ne pas oublier que la démocratie n’existe que dans le pluralisme. Les associations antiracistes se trompent de méthode de combat. S’il faut faire tomber Zemmour, alors c’est par le débat et non en le muselant par la force, aveu s’il en est un de faiblesse intellectuelle. Si la liberté absolue d’expression porte en elle les germes de la dérive, la censure est par nature une dérive en elle-même. Par l’interdiction de penser, on ne change pas la réalité des opinions, on finit juste par créer une dictature. Pour ma part, je ne veux pas vivre dans ce « meilleur des mondes » qui signifie toujours la transition achevée de l’utopie à la dystopie.

Pour finir, l’interdiction d’antenne n’empêchera pas Zemmour de diffuser ses idées, au contraire. Il peut toujours les diffuser par internet ou par la presse écrite, et sa base de lecteurs est suffisamment fournie pour cela. De plus, rien n’attire autant le lecteur que l’interdit. J’ai passé ma thèse à travailler sur la philosophie subversive et je pense que les apprentis censeurs vont se tirer une balle dans le pied et qu’ils n’en sortiront pas grandis.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans La chronique du bocal à cornichons

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s